photo DR©
Photo DR©

Chant du départ

Salut Marc Ogeret, salut à toi,

De la rébellion tu fus la voix

La révolte tu as admiré

La liberté tu as chanté

Grâce à ton art magnifique

Aux bourgeois, on fait la nique

 

Salut Marc Ogeret, salut à toi,

De la rébellion tu fus la voix

Les banksters, les bourgeois,

Les bobos, les narquois

Disent de toi « l’engagé »

En y mettant le brin de distance

Des soumis le triste révélateur.

Nous disons « l’épris de liberté »

L’éclaireur des résistances

Des rebelles le chanteur.

 

Salut Marc Ogeret, salut à toi,

De la rébellion tu fus la voix

Tu as gravé dans nos mémoires

Des glorieuses révoltes l’histoire

Tu fus des injustices le contempteur

Des grévistes le fidèle défenseur

Des patrons l’implacable accusateur

Des veuves le généreux vengeur

Des militaires l’intraitable exécuteur

Des politiciens le joyeux fossoyeur

 

Salut Marc Ogeret, salut à toi,

De la rébellion tu fus la voix

Graine d’ananar disait ton copain Léo

Même s’il n’y a pas de là-haut

Tu compagnonnes pour l’éternité

Avec tout ceux que tu as chanté

Vers l’infini ils t’ont devancé

Mais ils t’ont toujours habité

Leur langue, leur grammaire

Sur tous les airs, libertaire

 

Salut Marc Ogeret, salut à toi,

De leur rébellion tu fus la voix

Le Jean bandait quand l’atroce du condamné tu murmurais

Le Paul pleurait quand la meurtrissure tu soulignais

Le Gaston jubilait quand de la ville tu sortais

Le Georges riait quand de la flicaille tu raillais

L’Aristide sifflait quand de l’orpheline tu te lamentais

Le Louis versifiait quand la liberté tu honorais

Les anonymes des faubourgs se reconnaissaient

Dans les révoltes que tu célébrais

 

Salut Marc Ogeret, salut à toi,

De la rébellion tu fus la voix

Porteur des rêves libertaires

Que personne ne saurait taire

Chantre de la lutte

A jamais finale

Mémoire de la Butte

Si fatale

Pour la joie des combats

Grand merci, chapeau bas

 

Salut Marc Ogeret, salut à toi,

De la rébellion tu fus la voix

Ton ultime et discrète mutinerie

Le cœur nous laisse meurtri

Messager des lendemains radieux

Sous ta voix, les pavés joyeux

Cette fois tu as déserté

Sans en avoir choisis la cause

On a tous en nous quelque chose

De ce que tu as chanté

 

 

 

Cet article – texte, dessin, photographie ou infographie - vous a plu par les informations qu’il contient, par l’éclairage qu’il apporte, par la réflexion ou l’inconfort intellectuel qu’il provoque, par sa liberté de ton, par le sourire qu’il fait monter à vos lèvres… SOUTENEZ NOUS ! Il n’est de presse libre sans indépendance financière. GLOBAL est une association de journalistes sans but lucratif, sans publicité, qui ne vit que des abonnements et dons de ses lecteurs, lectrices. Pour s’abonner et soutenir c’est ici.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

« L'information est indissociable de la démocratie et les journaux d'informations sont faits pour former et nourrir des citoyen-ne-s plutôt que de les distraire »
Gilles Luneau, rédacteur en chef de GLOBAL