Leaving Afghanistan

Tableau violent et réaliste de la fin de la guerre en Afghanistan, Leaving Afghanistan est inspiré d’une histoire vraie, celle du Général Nikolaï Kovalev, vétéran et ancien directeur du FSB dans les années 90. Alors que l’URSS organise le retrait de ses troupes d’Afghanistan, le pilote Alexandre Vassiliev est capturé par les moudjahidines après le crash de son avion. La 108ème division d’infanterie motorisée doit alors reporter son retour au pays pour remplir une dernière mission de sauvetage. Cette guerre fera, dans les rangs soviétiques, 14 463 morts,  53 753 blessés dont 10 751 soldats handicapés à vie. Le bilan des victimes afghanes oscille entre 600 000 et 2 millions de morts, un nombre incalculé de blessés ainsi que 5 à 10 millions de réfugiés, principalement au Pakistan et en Iran.

Le cinéma est fait pour nous embarquer dans des histoires qui même, et surtout, si elles n’ont rien à voir avec notre vie résonnent pourtant en nous. Romance amoureuse, dans la peau d’un aventurier, d’un flic, d’un voyou, nous sommes toujours rattrapés par la balle ajustée d’un sentiment, d’une émotion. Quand un film croise un pan de votre vie, vous vous installez dans le fauteuil avec appréhension. Les miennes sont tombées dès les premières minutes de Leaving Afghanistan le dernier film de Pavel Lounguine. La guerre en Afghanistan (1979-1989) vue du côté des troupes soviétiques. À l’époque, j’étais en face, sous leurs tirs, pour le Nouvel Observateur. J’ai toujours en mémoire le regard désabusé, fataliste, des soldats soviétiques prisonniers des moudjahidines. Les mêmes regards que Pavel Lounguine capte chez les soldats en cantonnement. La plongée au cœur d’une compagnie à la veille du retrait des troupes raconte avec pudeur et respect l’errance des soldats de l’Armée rouge. Regards de peur en mission, gestes de héros par nécessité. Un huis clos de la guerre où l’on comprend vite qu’elle n’a aucun sens et que la déroute annonce en filigrane celle du régime communiste. Un univers masculin où la beauté d’hommes désespérés rivalise avec celle des paysages. Un respect des hommes, une critique de la guerre.

Leaving Afghanistan de Pavel Lounguine
Scénario : Aleksandr Lungin et Paval Lounguine
Avec : Roman Kolotukhin, Mikhail Kremer, Aleksandr Kuznetsov, Kiril Pirogov, Yan Tsapnik
Production : Pavel Lounguine  et Evgeniy Panfilov
Directeur de la photo : Igor Grinyakin
Prix du meilleur scénario au Shangai International Film Festival 2019
Durée 109 mn
Image : 1.77 :1  Compatible 4/3
Son : version originale 2.0 – Dolby audio.
Bonus : entretien exclusif avec Pavel Louguine - Sous-titre : français
Interdit aux moins de 12 ans
Sortie exclusive en Blu-ray et DVD : le 26 novembre 2019
Editeur : ESC Editions
Prix conseillé : DVD et 14,99 €  - Blu-ray :  19,99 €
 
 

 

Cet article – texte, dessin, photographie ou infographie - vous a plu par les informations qu’il contient, par l’éclairage qu’il apporte, par la réflexion ou l’inconfort intellectuel qu’il provoque, par sa liberté de ton, par le sourire qu’il fait monter à vos lèvres… SOUTENEZ NOUS ! Il n’est de presse libre sans indépendance financière. GLOBAL est une association de journalistes sans but lucratif, sans publicité, qui ne vit que des abonnements et dons de ses lecteurs, lectrices. Pour s’abonner et soutenir c’est ici.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

« L'information est indissociable de la démocratie et les journaux d'informations sont faits pour former et nourrir des citoyen-ne-s plutôt que de les distraire »
Gilles Luneau, rédacteur en chef de GLOBAL