Non au certificat vert européen

Marc Tarabella, député européen belge (socialiste) et bourgmestre d'Anthisnes, s'alarme dans une tribune rendue publique aujourd'hui de la précipitation à vouloir instaurer un passeport sanitaire et explique les raisons pour lesquelles il votera contre.

L'Europe fait les choses dans le désordre: ce mercredi, le Parlement européen votera pour une position commune sur le certificat vert avant de partir en négociations avec les Etats membres sur la question. J'entends volontiers que les autorités européennes veuillent un retour à la normale, l'envie que la vie puisse reprendre son cours est partagée par tout le monde, c'est évident. Ce que je ne partage pas par contre, c'est un pseudo engouement autour d'un certificat vert numérique qui constitue pour moi plus un danger pour le citoyen qu'une réelle solution. Je voterai donc contre. 

Passeport du virus

Quel est l'intérêt d'un tel passeport ? D'un point de vue sanitaire, le passeport vaccinal est aussi le passeport du virus. Prenant en considération que :

- jusqu'à preuve du contraire, une personne vaccinée pourrait quand même être vecteur de la maladie;

- personne ne connaît non plus l'efficacité du vaccin sur des variants chaque jour plus nombreux ni sur la durée de cette efficacité;

- le fait que le test PCR ne peut pas garantir le caractère infectieux d'une personne;

il me semble que ce passeport vaccinal fait courir de grand risque à la population, alors même que seulement 6,08% de la population européenne à ce jour a reçu les deux doses du vaccin. Pour rappel, la Commission a promis 70% de citoyens vaccinés en Europe pour la mi-juillet. Si la promesse est tenue, il sera alors temps d'ouvrir les vannes.

Ce point de vue est également partagé par l'OMS qui, il y a quelques jours, a rejeté l'idée d'un passeport vaccinal, de même que les Etats Unis où pourtant 40% des gens sont déjà vaccinés. L'Europe fait les choses dans le désordre.

Danger pour les droits fondamentaux

Un danger pour les droits fondamentaux des citoyens européens. A la question sanitaire, se rajoute la question des libertés individuelles. Les pro-passeports vous diront que ce certificat (le mot passeport ayant été banni dans ce dossier car il faisait peur) est un retour à un principe fondamental qu'est la liberté de circulation. Quel paradoxe alors que, précisément, le but de ce document est de restreindre cette liberté en permettant à certains de bouger tandis que d'autres resteront assignés à rester sur le territoire malgré eux, par exemple parce qu'ils n'auront pas encore eu l'opportunité de se faire vacciner.

Institutionnaliser la discrimination

Rien non plus ne garantit à terme que ce certificat ne soit utilisé comme critère pour accéder à certains biens, certains services, voire même à certains emplois. Enfin, de lourdes questions se posent quant au respect des données personnelles véhiculées à travers ce passeport, et aucune réponse, faute de temps, d'analyse d'impacts ou de travaux juridiques ou parlementaires ne pourra être apportée dans les temps. Le danger d'institutionnaliser la discrimination est immense. Je voterai CONTRE ce passeport.

Les citoyens, dont les droits ont été largement estropiés ces derniers mois à cause de la crise sanitaire, attendent de nous que nous défendions leurs intérêts, l'intérêt général. J'ai totalement conscience de l'importance de la question économique et touristique qui anime beaucoup d'élus, c'est également mon cas. Mais tous les acteurs de la société auront beaucoup plus à perdre par la prise d'une décision improvisée, mal préparée et potentiellement dommageable à moyen et long terme. Il faut d'abord vacciner, vacciner bien plus vite, bien plus efficacement avant de songer à ce passeport qui n'aura dès lors plus de raison d'être.

Je voterai donc CONTRE le passeport vaccinal.

 

 (intertitres de la rédaction)

 

 

 

 

Cet article – texte, dessin, photographie ou infographie - vous a plu par les informations qu’il contient, par l’éclairage qu’il apporte, par la réflexion ou l’inconfort intellectuel qu’il provoque, par sa liberté de ton, par le sourire qu’il fait monter à vos lèvres… SOUTENEZ NOUS ! Il n’est de presse libre sans indépendance financière. GLOBAL est une association de journalistes sans but lucratif, sans publicité, qui ne vit que des abonnements et dons de ses lecteurs, lectrices. Pour s’abonner et soutenir c’est ici.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

« L'information est indissociable de la démocratie et les journaux d'informations sont faits pour former et nourrir des citoyen-ne-s plutôt que de les distraire »
Gilles Luneau, rédacteur en chef de GLOBAL