Rouge orphelin

Gérard Fromanger a lâché ses pinceaux, laissant le rouge orphelin. Il voulait mettre sa peinture en cohérence avec ses révoltes, son oeuvre est un symbole majeur de la mise en cohérence entre la pensée et les actes artistiques.

La vie est tout aussi surprenante que la mort. Gérard Fromanger, peintre iconique de l’aplat coloré, vient d’illustrer cette lapalissade en mourant brusquement le 18 juin dernier, lui qui fût aux avant-postes artistiques du soulèvement de Mai 68 contre « l’Homme du 18 juin 1940 » et général maurasso-républicain alors aux commandes du pays. En effet, Gérard Fromanger était un des piliers - avec ses compères Merri Jolivet, Guy de Rougemont et Julio Leparc – de l’atelier des Beaux-Arts en 1968. On leur doit les affiches désormais célèbres de cet ébranlement d’une société récalcitrante à l’effacement du citoyen par la consommation.

Né en 1939 à Pontchartrain (Yvelines), il dessine et peint depuis qu’il est gamin. En 1964, en réponse à l’abstraction et au pop art, il est un des 34 artistes internationaux de la Figuration narrative aux côtés de Gilles Aillaud, Eduardo Arroyo, René Bertholo, Erro, Peter Klasen, Jacques Monory, Bernard Rancillac, Antonio Recalcati, Peter Saul, Hervé Télémaque... Leur mouvement porte leur vision réaliste de l’époque, marquée par la guerre froide, les guerres d’Algérie et du Vietnam, . Une affirmation du rôle des artistes dans la société, notamment pour entretenir une distance critique avec la réalité. Dès lors, Gérard Fromanger ne lâchera jamais les pinceaux de l’engagement. On le retrouve bataillant avec Aillaud, Arroyo, GAP, Recalcati au Front des artistes plasticiens pour faire bouger les lignes artistiques et sociales.

Ses toiles portent le tumulte de la société contemporaine, rendu en silhouettes mouvantes où se glisse souvent le peintre dans un jeu de plans colorés dont il a fait sa marque. Un roi des ombres autant que du rouge qui le symbolise. Une vérité de miroirs. Un joyeux drille et un gentil garçon. Centré sur son œuvre ancrée dans le polissage à l’infini du rôle de l’artiste en société. Il nous avait préparé à l’idée d’une longue agonie au sceau des résurgences malignes d’un crabe, il s’est éclipsé par surprise. Une coquetterie. Il n’en manquait jamais.

GAP. Gérard Fromanger, FAP #2 (Front des Artistes Plasticiens), 1972. huile sur toile de lin 65 x 54 cm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article – texte, dessin, photographie ou infographie - vous a plu par les informations qu’il contient, par l’éclairage qu’il apporte, par la réflexion ou l’inconfort intellectuel qu’il provoque, par sa liberté de ton, par le sourire qu’il fait monter à vos lèvres… SOUTENEZ NOUS ! Il n’est de presse libre sans indépendance financière. GLOBAL est une association de journalistes sans but lucratif, sans publicité, qui ne vit que des abonnements et dons de ses lecteurs, lectrices. Pour s’abonner et soutenir c’est ici.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

« L'information est indissociable de la démocratie et les journaux d'informations sont faits pour former et nourrir des citoyen-ne-s plutôt que de les distraire »
Gilles Luneau, rédacteur en chef de GLOBAL