Pêcheurs du monde

Unique au monde, né à Lorient il y a dix ans, de la rencontre des mondes de la mer et du cinéma, le festival international de films Pêcheurs du Monde est un des rares espaces où les pêcheurs et les communautés maritimes ont la parole hors de leur sphère professionnelle. Chaque film est l’occasion d’une découverte et d’un débat avec le public. Comme nous le confiait l’an dernier Jacques Chérel, secrétaire du festival,  « les pêcheurs sont des sentinelles face au réchauffement climatique, aux conflits et au drame des migrants, aux enjeux de l’alimentation et des ressources, aux menaces sur la biodiversité, à la privatisation des océans ». Du 19 au 25 mars, documentaires, fictions, courts et longs métrages livrent des portraits, des récits dantesques ou intimes où  le beau, le joyeux se conjuguent avec le désespéré, toujours passionnant. Cette 10e édition parcourt les océans du monde, du Mexique au Sénégal, du Portugal à l’Inde, du Canada à la Bretagne, du Japon à la Méditerranée. Au total, 37 films provenant de 15 pays. Ancré à Lorient, le festival fait aussi de belles escales à Riantec, Ploemeur, Larmor-Plage, et Lanester. Le programme détaillé des projections est ici . Les fiches des films en compétition et hors compétition sont là.

Illustration: Détail de l'affiche du festival réalisée par des étudiants de l'Ecole des Beaux Arts de Lorient (EESAB).

 

Cet article – texte, dessin, photographie ou infographie - vous a plu par les informations qu’il contient, par l’éclairage qu’il apporte, par la réflexion ou l’inconfort intellectuel qu’il provoque, par sa liberté de ton, par le sourire qu’il fait monter à vos lèvres… SOUTENEZ NOUS ! Il n’est de presse libre sans indépendance financière. GLOBAL est une association de journalistes sans but lucratif, sans publicité, qui ne vit que des abonnements et dons de ses lecteurs, lectrices. Pour s’abonner et soutenir c’est ici.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

« L'information est indissociable de la démocratie et les journaux d'informations sont faits pour former et nourrir des citoyen-ne-s plutôt que de les distraire »
Gilles Luneau, rédacteur en chef de GLOBAL