Desclozeaux et Ribaut

Double anniversaire miroir : un restaurant parisien renommé pour ses poissons et ses vins, La Cagouille, fête ses trente ans et deux compères gourmets choisissent d’arroser vingt ans de complicité sur les nappes blanches (au moins en début de repas). Cela donne Ironie et gastronomie, une exposition rassemblant les dessins de J-P Desclozeaux pour Le Monde commentés par J-C Ribaut qui pendant vingt ans mitonna la chronique gastronomique dudit Monde.  A consommer sans modération et sans limite d’âge.

Pendant vingt ans (1992-2012), Jean-Claude Ribaut à la plume et Jean-Pierre Desclozeaux au pinceau ont servi leurs lecteurs à la table hebdomadaire du journal Le Monde.

J.C. Ribaut a fait bouger les recettes traditionnelles, disons-le, bourgeoises, de la chronique gastronomique. Au partage de la dégustation il a ajouté une pincée d’intelligence culturelle du plat, voire de perspective sociale, sans jamais manquer un clin d’œil historique ou un tantinet coquin. Le tout dans un style littéraire où l’abréviation numérique ostrogothesque et le prédicat n’avaient pas encore sévit. Un verbe d’avant le carême de la langue.

J-P Desclozeaux est toujours venu poser un cheveu de son talent sur la soupe de Ribaut. Quelquefois, je me demande s’il ne fait pas de ses poils de barbe des pinceaux fins pour ajouter de l’onirique à la poésie espiègle de ses dessins. Sa mine révèle chez des gros balourds, voire des cons, d’insoupçonnables légèretés. Bref, on évite de boire d’un trait un Desclozeaux, il mérite qu’on le lappe au taste-dessin. 

Le couple continue de servir les papilles et l’esprit dans Siné mensuel.

Ayant le plaisir de fréquenter les deux compères, je les salue de ces quelques lignes gastronomo-ironiques.

 
Desclozeaux et Ribaut,
Cela sonne comme la tête à Toto,
Un air coquin dans le pinceau
Une verve canaille dans le mot.
 
Desclozeaux et Ribaut
Les deux comparses
Sont à la farce
Les Potel et Chabot ;
Prompts à tenir
Du maître la queux
Fourchette à reluire
Couteau à maudire
Toujours voluptueux
 
A l’envie ils cuisinent
Au pinceau la pine
Au stylo le sarcasme
A eux deux le fantasme.
 
La ligne se fait fente,
Pas un trait sans berlingot,
La phrase serpente,
Pas un mot sans ragot,
Le pois se fait gousse,
La phrase détrousse.
 
Le tendre et rose rognon
Vaut nichon,
Tandis que du veau la fraisse
Incite illico à la fesse.
 
Un proverbe l’enseigne
Il faut se bien méfier
Des prénoms composés
Sous eux pointe la teigne
Avec le Jean-Pierre
Germe la mise en bière,
Tandis que le Jean-Claude
Fait danser la ribaude.
Avec eux la malice
Rime avec la peau lisse
Et leurs facéties
Résonnent en vessie.
 
Leur profonde inclination
Pour les délices du con
Cultive en eux les positions ;
Leur goût certain pour la cuisse
A des sommets les hisse ;
Mais en braves sentinelles
Ils n’en délaissent point l’aile ;
En palais des plus avertis
Ils ne négligent la souris.
 
Vingt ans de tambouille
Exposées à la Cagouille
Avec eux l’andouille
Le rend bien à la couille
 
Vingt ans de rendez-vous
Avec de la table les plaisirs
Autant dessus que dessous
Sans lassitude en rires
 
De la cuisine les parties
Faire des mots surprises
Des encres saucées
Des crayons rôtis
Des douces bêtises
Des aplats farinés
 
Demeure du pineau noir
Les sombres ravages
Avançant avec l’âge
Et la raie au beurre noir.
Ils craignent sous la brunoise
Une goutte sournoise
Aux secousses débandantes
Les acculant dans un ultime effort
A tenter dans un dernier ressort
De toucher au bout du goût
Sans sombrer dans le goût du bout.
 
L’élégance est de ce couple la signature
Ainsi des vieux garçons qui aiment la garbure ;
Se délectent de gras, s’empiffrent de saignant,
Dégustent du printemps les rouleaux
Pour mieux s’adonner au goulot ;
Ces héros se mouchent dans les fumets
Autant qu’ils pissent sur les vegans
Merdoient sur ces paltoquets
Chantent sans réserve
Dans leur plus belle verve:
C’est pas d’la soupe c’est du rata
Que Viva Zapata !
 

Desclozeaux et Ribaut, Ironie et gastronomie, exposition du 1er octobre au 31 décembre à La Cagouille, place Constantin Brancusi 75014 Paris

 

Cet article – texte, dessin, photographie ou infographie - vous a plu par les informations qu’il contient, par l’éclairage qu’il apporte, par la réflexion ou l’inconfort intellectuel qu’il provoque, par sa liberté de ton, par le sourire qu’il fait monter à vos lèvres… SOUTENEZ NOUS ! Il n’est de presse libre sans indépendance financière. GLOBAL est une association de journalistes sans but lucratif, sans publicité, qui ne vit que des abonnements et dons de ses lecteurs, lectrices. Pour s’abonner et soutenir c’est ici.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

« L'information est indissociable de la démocratie et les journaux d'informations sont faits pour former et nourrir des citoyen-ne-s plutôt que de les distraire »
Gilles Luneau, rédacteur en chef de GLOBAL