Ecole confinée, profs et parents mobilisés

Pendant le confinement, les délégués de parents d’élèves de l’école primaire Jean Charcot de Romainville en Seine Saint Denis, ont distribué leurs devoirs aux enfants décrocheurs et à ceux qui n’ont pas les moyens de les imprimer, palliant le blocage de l’institution. L'initiative resserre les liens, voire les créent, entre d'une part les parents d'élèves et leurs délégués, d'autre part entre ces derniers et les enseignants. Une petite idée de ce que pourrait être « l’école d’après ». Mais c’est vite oublier le « mammouth » : alors que la rentrée des élèves est progressive et source d’inégalités des chances, l’Education nationale revient au galop « au monde d’avant » : remplacements flottants et contrôle administratif tatillon. Pourquoi changer une mécanique hors d’usage… Jean-Claude Djian, délégué des parents d'élèves FCPE nous confie son journal de bord.


photo J-C Djian ©

Mardi 26 mai. Je connais bien le sujet car je suis un de ces délégués et je fais cette distribution en vélo avec ma fille, élève de CE2. J’ai dans mon sac une dizaine de grandes enveloppes kraft siglées Écoles Communales  de Romainville 93230 Seine-Saint-Denis sur lesquelles figurent le nom et l’adresse des élèves que je vais distribuer dans leurs boites. Ma fille est moi faisons la tournée dans des cités et des rues de notre quartier. La première  fois que nous avons fait la distribution ensemble, quand nous sommes rentrés à la maison, j’ai dit à ma fille :

«Aujourd’hui, nous avons fait une B.A. !» 

« C’est quoi une B.A. Papa ? » 

« C’est une Bonne Action. » 

« Alors, c’est une super Bonne Action !... »

Depuis la fin des vacances scolaires de Pâques, tous les mardis à 11h00 nous avons rendez-vous dans le hall de l’entrée de l’école masqués. Là, le directeur Yann Lecacheux et deux instituteurs nous reçoivent pour nous remettre une quarantaine d’enveloppes dans lesquelles se trouvent les devoirs imprimés des différents niveaux de classe du CP au CM2. L’école a un blog et depuis le 16 mars dernier, date du confinement, chaque enseignant met en ligne des devoirs pour ses élèves. Si la grande majorité fait les exercices, d’autres ont du mal. Soit parce qu’ils ne sont pas ou mal équipés en matériel informatique, soit parce qu’ils ne peuvent pas imprimer les devoirs à faire et à renvoyer complétés sur le blog.

Lundi 27 avril. Lors d’une visioconférence organisée avec les parents de CE2 dont il est enseignant, Yann Lecacheux, le directeur a précisé:

« Sur l’ensemble des élèves de l’école, nous en avons perdus une trentaine dont nous n'avons pas de nouvelles. Nous ne savons pas si leurs parents ont les moyens informatiques pour se connecter sur le blog. La solution est de leur faire parvenir les devoirs. » 

« Moi je peux en distribuer » assure Elodie, déléguée comme moi. Elle est maman d’une élève de CE2 dont la fille est amie avec la mienne. « Et je suis persuadée qu’une partie des délégués de parents d’élèves élus avec des parents volontaires pourront assurer la distribution. »

Dans la liste que nous a fourni le directeur de l’école, les ¾ des adresses des élèves sont bonnes. En revanche, certains enfants n’habitent plus ou pas du tout à l’adresse indiquée. Il m’est arrivé de mener une enquête pour retrouver un élève de CE2 qui était censé habiter non loin du cinéma Le Trianon. Le fameux cinéma où se tournait l’émission « La dernière séance » d’Eddy Mitchell dans les années 80. C’est la pharmacienne de la place Carnot qui m’a donné les bonnes coordonnées de la famille. Cette dernière a été étonnép que je sonne à leur porte pour leur remettre les devoirs.

Les profs sur le pont. La mairie et l’inspection aux abonnés absents.

Depuis le début du confinement, les enseignants n’ont eu de cesse de mettre du travail sur le blog de l’école pour leurs élèves. Depuis la fin des vacances de Pâques, des visioconférences ont été établies entre les profs et les élèves pour garder le contact. Ils ont préparé la réouverture de l’école qui a commencé le jeudi 14 mai en coordination avec la mairie de Romainville et l’inspection académique locale. Tout aurait pu bien se passer si le poids de l’administration ne s’était fait sentir. Les rapports avec la mairie sont difficiles. Pas simple quand la Maire, Corinne Valls (DVG) tire sa révérence après 22 années à la tête de la municipalité. Du coup nombre d’élus sont injoignables. Très vite une pénurie de masques et de gel hydroalcoolique est arrivée. Sans ce matériel, impossible de continuer à faire classe. C’est l’Éducation Nationale qui doit les fournir et l’inspection académique a attendu des livraisons qui ne sont pas à temps. Imaginez les coups de fil répétés et les énervements du directeur de l’école et de ses collègues enseignants et nous délégués qui  essayions de tempérer la situation. Les cours ont repris, mais il n'y a pas plus d'une trentaine d'élèves sur plus de 400.

Mardi 26 mai 11h00. L’heure du rendez-vous pour dispatcher les devoirs des élèves. 

« Alors quoi de neuf ? » Je lance à Yann Lecacheux. Le directeur me regarde l’air un peu dépité.

« On a plus d’internet. L’ADSL ne marche plus… »

Un enseignant de CM2 présent à la distribution précise. « Je fais tourner internet avec le point d’accès Wifi de mon portable. J’ai un forfait illimité.» 

Super la technologie moderne ! Mais est-ce La Solution ?

Yann Lecacheux qui s’était éclipsé revient avec une copie de la lettre qu’il a adressé à  M. François Vanetti, Inspecteur de l'éducation nationale de notre circonscription Romainville / Les Lilas / Le Pré-Saint-Gervais. Il me l’a tend. 

« Tenez, je vous en fais une copie. »

Dans ce courrier, le directeur pose une question. « La commune peut-elle mettre en place un réseau qui fonctionne dans l’école à minima avec une connexion fibre ? » (une grande partie de Romainville est connectée à la fibre) « La convention entre la commune et l’Éducation Nationale ne peut-elle pas être réactualisée, car elle date de plus d’une dizaine d’années ? » Entre le marteau et l’enclume, le directeur donne l’air de se battre contre des moulins à vent. Il est patient. En face de lui, la mairie et l’inspection académique semblent aux abonnés absents.

Distribution des devoirs, un devoir pour les délégués

Nous nous sommes lancés dans cette distribution en nous disant que c’était normal d’aider les enfants et les familles en difficulté. Pour l'instant, les retours des parents sont bons. Quand nous faisons la tournée, chaque délégué appelle au numéro d’un des parents qui est sur la liste afin de le prévenir que les devoirs de leur enfant sont dans leur boite à lettres. On m’a dit souvent.

« Merci beaucoup Monsieur ! … »

« C’est très bien ce que vous faites… »

« Bon courage Monsieur et à la semaine prochaine !... »

Ces remerciements et ces encouragements d’autres délégués les ont reçus également. Pour ces enfants et leur famille, nous sommes le relais de l’école, le secours dont ils avaient besoin, le coup de pouce nécessaire pour redonner courage à ceux qui en ont le plus besoin. 

Avec la distribution des devoirs, le travail des délégués de parents d’élèves prend tout son sens. « On est de vrais relais pour les profs. On peut aller au domicile des familles ce qu’eux ne peuvent pas faire. On fait aussi le lien avec la municipalité et l’inspection académique. On est un peu le poil à gratter des institutions quand ça coince… » confie Elodie Girardet.

On espère qu’à la rentrée prochaine, nous aurons moins de mal à trouver des volontaires pour faire partie de la liste FCPE et peut-être d’une liste indépendante. On se prend à rêver d'un afflux de participation au vote.

Jouer à chat-ombre

Mardi 2 juin. L’école primaire Charcot ouvre un peu plus grand ses portes. Une soixantaine d’enfants sont retournés en cours dont ma fille. En raison du grand nombre d’enfants et du protocole sanitaire à respecter il y a 8 groupes de niveaux répartis sur la semaine. 4 groupes seront en classe les lundis, mardis, mercredis matin et les 4 autres groupes les jeudis et vendredis. C’est une institutrice de CM2 qui fera classe au CE2 les lundis, mardis, et mercredis. La distribution des devoirs est suspendue. Yann Lecacheux a contacté les familles leur demandant de venir chercher directement les enveloppes de devoirs à l’école.

Ma fille me raconte sa rentrée

« C’était trop bien de revoir les copines. Dans la cour on a joué à chat-ombre. »

Chat-ombre, voilà un jeu qui respecte la distanciation. L’enfant qui joue le rôle du chat touche l’ombre d’un autre enfant qui devient lui-même chat.

Mercredi 3 juin. En déposant ma fille en classe, je vois le directeur. Il a les traits tirés.

« Cette deuxième rentrée se passe bien ? »

« Tout va bien de ce côté-là. Le seul problème qu’on ait, c’est qu’il y a eu seulement 6 familles qui sont venus récupérer les devoirs hier. 6 sur 30 c’est très peu. Je ne sais plus ce qu’il faut faire. »

Demain jeudi et vendredi, c’est une remplaçante qui fera classe au CE2. Son poste est tournant et l’inspection académique peut l’appeler du jour au lendemain pour aller faire un remplacement dans une autre école du secteur. Si c’était le cas, c’est le directeur Yann Lecacheux qui prendrait la classe. Il n’a pas le choix alors que la situation sanitaire et l’organisation de la rentrée voudrait qu’il soit détaché de son poste d’enseignant. Las, il me précise au téléphone.

« Je suis très sceptique sur le fait que l’on puisse tirer des leçons de ce qu’il s’est passé dans la mesure que l’Éducation Nationale est très normée. Une des dernières circulaires que l’on ait reçu recommande de faire des évaluations et que l’on avance dans le programme. C’est très loin du terrain. Alors que nous on est en train de gérer le retour à l’école, la hiérarchie à ce besoin de nous contrôler et de ne pas nous faire confiance. »

On espérait que les choses changeraient avec cette pandémie. On se trompait. Dans l’Éducation nationale, le mal est profond. On est pas prêt de trouver un vaccin pour enrayer sa maladie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet article – texte, dessin, photographie ou infographie - vous a plu par les informations qu’il contient, par l’éclairage qu’il apporte, par la réflexion ou l’inconfort intellectuel qu’il provoque, par sa liberté de ton, par le sourire qu’il fait monter à vos lèvres… SOUTENEZ NOUS ! Il n’est de presse libre sans indépendance financière. GLOBAL est une association de journalistes sans but lucratif, sans publicité, qui ne vit que des abonnements et dons de ses lecteurs, lectrices. Pour s’abonner et soutenir c’est ici.

MERCI DE VOTRE SOUTIEN !

« L'information est indissociable de la démocratie et les journaux d'informations sont faits pour former et nourrir des citoyen-ne-s plutôt que de les distraire »
Gilles Luneau, rédacteur en chef de GLOBAL